Demandez plus à votre argent
  • deja client lcl
  • acces journalistes

Le Mag LCL

Les conditions d'un bon sprint décodées par Poulidor. Comment le peloton gère les échappées ? Pourquoi avortent-elles si souvent près du but ? Qualité des chaussées, qualité du matériel, les progrès en 20 ans ont été considérables. Avant le départ du Tour de France 2010, Raymond Poulidor partage avec nous ses analyses de la course. Avant le départ du Tour de France 2010, Raymond Poulidor partage avec nous ses analyses de la course. Avant le départ du Tour de France 2010, Raymond Poulidor partage avec nous ses analyses de la course.

Individuel ou par équipe, le contre-la-montre est un exercice bien à part dans le Tour de France.

Préparation, impact sur la course, Raymond Poulidor vous en dit plus.

Les pavés du Paris-Roubaix s'invitent sur le Tour de France 2010.

Apporteront-ils l'effet de surprise escompté ?

Hinault, dernier vainqueur Français du Tour de France en 1986, trouvera-t-il cette année un successeur ? Dans cette vidéo, Christian Prud'homme, le Directeur du Tour de France, évoque les 30 ans de fidélité qui unissent LCL et le Tour de France. En effet, il souligne d'abord que le logo de LCL figure sur le maillot jaune du leader du classement général aux cotés des initiales d'Henri Desgranges, le fondateur de la Grande Boucle. Enfin, il évoque la volonté de l'organisation de faire passer le peloton du Tour de France 2011 devant le nouveau siège de LCL lors de la dernière étape, le dimanche 24 juillet pour célébrer ce partenariat. Dans cette vidéo, Christian Prud'homme, le directeur du Tour de France parle avec fierté du partenariat emblématique qui unit la Grande Boucle et LCL. Pour lui, LCL, avec son fameux lion et ses équipes jeunes, dynamiques et pleines de vie constitue la figure de proue de la caravane. Ce qui est primordial car la caravane contribue largement à attirer les 15 millions de spectateurs qui se massent au bord des routes chaque année. En outre, les trois lettres de LCL figurent sur le maillot jaune. Le maillot du leader, cet apparat de lumière reconnu dans le monde entier. LCL comme le Tour de France sont deux entités qui ont un passé et une histoire qu'il ne faut pas galvauder. Une histoire qui s'écrit en commun dans un partenariat fidèle qui s'inscrit dans la durée. Dans cette vidéo, Christian Prud'homme, le directeur du Tour de France nous détaille la façon dont le parcours de l'épreuve est élaboré. Tout d'abord, il explique qu'il y a un certain nombre de règles avec lesquelles il convient de composer. En effet, le parcours ne doit pas excéder 3500 kilomètres et doit comporter 21 étapes. En outre, il convient de s'adapter aux spécificités géographiques de l'hexagone. En effet, pour l'intérêt de la course, le parcours se doit de traverser les deux massifs montagneux que sont les Alpes et les Pyrénées. Par ailleurs, les organisateurs s'appliquent à ne pas laisser de côté une région de France plus de 5 ans. Enfin, le Tour de France, c'est également le prestige d'une arrivée sur la plus belle avenue du monde, les Champs Elysées à Paris. Ainsi, lorsque le lieu du grand départ a été choisi, un parcours se dessine alors naturellement. Dans cette vidéo, Christian Prud'homme, directeur du Tour de France, évoque les champions qui ont marqué son enfance. Il commence par Luis Ocana, « l'espagnol de Mont-de-Marsan », qui s'est malheureusement suicidé. Ce grimpeur d'exception, guerrier à l'orgueil démesuré, a réussi quelques uns des plus beaux exploits de l'histoire du Tour de France, notamment quand il a fait vaciller le cannibale Eddy Merckx au début des années 70. Contrairement à Luis Ocana, Bernard Thévenet est l'homme qui a réussi à faire tomber l'invincible Eddy Merckx. Enfin, le directeur du Tour évoque l'ambassadeur LCL, Raymond Poulidor. « Poupou », ce coureur à l'incroyable popularité. L'un des coureurs qui a le plus marqué l'histoire du Tour de France, bien qu'il ne l'ait jamais gagné, ni même porté une seule fois le maillot jaune. Cet homme simple a toujours été à la fois le symbole d'un cyclisme de proximité et d'une véritable gentillesse. Dans cette vidéo, Chrisitian Prud'homme, le directeur du Tour de France, nous raconte avec émotion comment lorsqu'il n'était encore qu'un enfant, il avait appris à aimer le Tour de France aux cotés d'un père passionné qui lisait et écoutait à la radio ou à la TV tout ce qui pouvait être dit sur la Grande Boucle. Comment il s'est pris de passion pour l'épreuve à travers les exploits de champions qui sont maintenant entrés dans la légende du sport comme Eddy Merckx, Luis Ocana, Bernard Thévenet et Bernard Hinault. Ensuite, il explique que ce qui fait la magie du Tour, c'est que les exploits des champions ont lieu non pas dans un stade mais au milieu des paysages de l'hexagone. Ainsi, il en profite pour évoquer le départ du Tour 2011 au Passage du Gois, une route submersible de 3 kilomètres 700 pour un décor unique au monde. Ce seront les premières images du Tour 2011 que verront les téléspectateurs du monde entier. C'est aussi ça la force incroyable du Tour de France. Dans cette vidéo, Bernard Thévenet, double vainqueur du Tour de France en 1975 et 1977, évoque son nouveau rôle de chargé des relations publiques sur la grande Boucle. Ainsi, il suit l'étape du jour en voiture avec un pilote et deux invités à qui il fait partager sa science de la course. Il décrypte pour eux la tactique et la stratégie des équipes pour tenter de deviner ce qu'il va se passer à la fois dans le peloton et dans l'échappée. Ensuite, il nous livre ses impressions sur le parcours du Tour de France 2011. Selon lui, les quatre arrivées en altitude vont favoriser les grimpeurs. Néanmoins ceux-ci devront être vigilants et ne pas se faire piéger car cette année, les difficultés vont commencer très tôt dés la première semaine. L'important sera donc de rester en bonne condition physique pendant les trois semaines de l'épreuve et de ne pas avoir de mauvais jours. Enfin, il se remémore son ascension de l'Izoard en 1975 alors qu'il venait de ravir le maillot jaune au grand Eddy Merckx. Il se souvient de l'ambiance indescriptible des trois derniers kilomètres et de la communion avec la foule des gens, heureuse de voir un français triompher.





Amener un coureur au sprint - Raymond Poulidor

Chaque équipe a un coureur qui est désigné c'est-à-dire qu'une équipe comme l'équipe Contador, Astana, possède le vainqueur du Tour. Et ce sprinteur est désigné pour gagner l'étape car maintenant un vainqueur d'une étape du Tour de France, il y a des renommées publicitaires énormes puisqu'il y a plus de trente télévisons qui sont reliées en direct, qui commentent cette victoire et ce sprinteur est amené par ses hommes.

Il y a des rouleurs qui font les cinq derniers kilomètres, d'autres les deux et d'autres les 800 mètres. En somme, ce sont des poissons-pilotes et maintenant avec les braquets qui sont énormes et les vitesses fabuleuses, les sprints se disputent. Maintenant celui qui est en trois ou quatrième position, c'est rare qu'il puisse remonter en 1ère position. Cela va tellement, tellement vite. C'est l'avantage, le coureur, le sprinteur a été très, très bien emmené.
































Retour

Haut de page