Demandez plus à votre banque

Résultats du 1er semestre 2014 Groupe Crédit Agricole et LCL

Paris, le 5 août 2014.
Des résultats hors exceptionnels solides.

Publié le 05/08/2014

Résultats de LCL


LCL continue de soutenir l'économie en accompagnant les particuliers dans le financement de leurs projets. Le deuxième trimestre 2014 continue à s'inscrire dans les tendances des trimestres précédents, associant la hausse de la collecte à un développement maîtrisé des crédits.

Les encours de crédit progressent ainsi de 0,9% sur un an et s'élèvent à 89,8 milliards d'euros au 30 juin 2014. Cette croissance est soutenue par les crédits à l'habitat qui, à 57,0 milliards d'euros, progressent de 3,0% sur un an.

Soutenues par une activité commerciale dynamique, les ressources clientèle atteignent 165,1 milliards d'euros, en hausse de 2,7% sur un an. Ainsi, les encours de collecte hors bilan augmentent de 3,6% sur un an, notamment grâce à la collecte sur l'assurance-vie (+5,4% sur la période). Les encours de bilan, pour leur part, sont en hausse de 1,8% sur un an, tirés par la progression des dépôts à vue (+8,3%).

Le ratio crédit/collecte s'établit à 110% à fin juin 2014, un niveau stable par rapport au 31 mars 2014.

Le produit net bancaire du trimestre s'établit à 935 millions d'euros, en baisse de 2,6% par rapport au deuxième trimestre 2013. Ceci s'explique par la baisse de la marge d'intérêts de 4,1% sur un an, en raison notamment du contexte de taux bas et de l'impact des rachats et remboursements anticipés qui avaient connu un pic aux deuxième et troisième trimestres 2013. En revanche, les commissions restent stables, malgré l'effet notamment des nouvelles dispositions de la Loi bancaire. La progression des commissions sur gestion mobilière (+4,1% par rapport au deuxième trimestre 2013) et sur assurances (+3,2% sur la même période) compense ainsi le recul sur la gestion de compte et les moyens de paiement.

Les frais généraux restent maîtrisés. Ils affichent une hausse de 0,4% par rapport au deuxième trimestre 2013, avant les dépenses liées au Plan Moyen Terme. Ces dernières, liées au projet d'entreprise, s'élèvent à 6 millions d'euros au deuxième trimestre 2014 après 5 millions d'euros au premier trimestre. Le coefficient d'exploitation est en hausse de 2,7 points par rapport au deuxième trimestre 2013, et s'établit à 68,5% sur le deuxième trimestre 2014.

Le coût du risque est en baisse de 19,7% par rapport au deuxième trimestre 2013. Il témoigne d'une poursuite de l'amélioration du risque sur tous les marchés. Le taux de créances dépréciées sur encours ressort à 2,4%, stable par rapport à juin 2013. Le taux de couverture des créances dépréciées (y compris les provisions collectives) atteint 74,0% contre 74,5% au 30 juin 2013. Le coût du risque sur encours s'élève à 23 points de base sur le deuxième trimestre 2014, contre 29 points de base au deuxième trimestre 2013.

Au total, le résultat net part du Groupe du trimestre s'établit à 145 millions d'euros, en baisse de 9,7% par rapport au deuxième trimestre 2013. Il s'élève à 307 millions d'euros pour les six premiers mois de l'année.

 

 (en millions d'euros)

T2-14

Variation T2/T2

S1-14

Variation S1/S1

 Produit net bancaire

935

(2,6 %)

1 891

(2,2 %)

 Charges d’exploitation

(640)

+ 1,3 %

(1 259)

+ 1,1 %

 Résultat brut d’exploitation

295

(10,0 %)

632

 (8,4 %)

 Coût du risque

(55)

(19,7 %)

(125)

(20,6 %)

 Résultat d’exploitation

240

(7,5 %)

507

(4,7 %)

 Gains ou pertes nets sur autres actifs

-

ns

-

ns

 Résultat avant impôts

240

(7,5 %)

507

(5,7 %)

 Impôt

(87)

(3,5 %)

(184)

(1,7 %)

 Résultat net de l'exercice

153

(9,7 %)

323

(7,9 %)

 Intérêts minoritaires

8

(8,4 %)

16

(7,5 %)

 Résultat net part du Groupe

145

(9,7 %)

307

(7,9 %)

Contacts Presse

Olivier TASSAIN
Tél : 01.42.95.54.77
Fax : 01.42.95.50.49
 
Brigitte NEIGE
Tél : 01.42.95.39.97
Fax : 01 42 95 50 49
 
Mail : servicepresse@lcl.fr

LCL

Télécharger

Crédit Agricole S.A.

 

Le Conseil d'administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Jean-Marie Sander le 4 août 2014, a examiné les comptes du deuxième trimestre et du premier semestre 2014.

Le résultat net part du Groupe normalisé de Crédit Agricole S.A. au deuxième trimestre 2014 s'élève à 1 003 millions d'euros. Il est impacté à hauteur de -708 millions d'euros par la situation de la banque portugaise BES, dont la valeur nette comptable a été ramenée à zéro dans les livres de Crédit Agricole S.A.. En outre, les impacts comptables récurrents (dont la première application du Funding Valuation Adjustment - FVA) s'élèvent ce trimestre à -278 millions d'euros. Le résultat normalisé de 1 003 millions d'euros est ramené à 17 millions d'euros compte tenu de ces élèments.

Trois principaux facteurs expliquent le niveau élevé du résultat normalisé de Crédit Agricole S.A. : une bonne activité commerciale, en particulier dans la gestion de l'épargne et de l'assurance ainsi qu'en banque de financement et d'investissement, la maîtrise des charges et la poursuite de la baisse du coût du risque.

Les métiers de la banque de proximité maintiennent, dans un environnement peu porteur, un bon niveau d'activité avec une collecte bilan progressant de 2,3% par rapport au niveau atteint fin juin 2013 et un encours de crédit en hausse de 0,9% sur la même période.

Les actifs gérés par l'ensemble des métiers de la gestion de l'épargne et de l'assurance progressent de près de 92 milliards d'euros sur un an. Sur le seul premier semestre 2014, la hausse est de 54,6 milliards d'euros dont une collecte nette de 15,6 milliards d'euros.

La banque de financement et d'investissement enregistre une hausse de ses revenus de +8,8%1 trimestre sur trimestre, bénéficiant en particulier d'une activité « credit & rates » dynamique et de la participation à des opérations significatives de fusions et acquisitions.

Les programmes de réduction des coûts se traduisent par des résultats tangibles : ainsi le programme MUST, dont l'objectif est d'atteindre 650 millions d'euros à fin 2016, a permis de réaliser, depuis son lancement en 2012, des économies cumulées de 415 millions d'euros, dont 64 millions d'euros sur le premier semestre 2014.

Ce trimestre confirme la poursuite de la baisse du coût du risque rapporté aux encours (52 points de base, soit 7 points de base de moins en un an). Cette tendance se retrouve notamment dans la banque de proximité en France, où le coût du risque sur encours ressort à 22 et 23 points de base respectivement dans les Caisses régionales et chez LCL, contre 29 points de base au deuxième trimestre 2013. Dans la banque de proximité à l'international, il s'établit à 131 points de base sur encours. Dans le domaine du crédit à la consommation, le coût du risque poursuit sa baisse, en particulier dans la filiale italienne Agos Ducato. Dans la banque de financement, le coût du risque reste à un niveau très modéré depuis de nombreux trimestres.

Sur le premier semestre 2014, le résultat net part du Groupe s'élève à 885 millions d'euros, en baisse de 24,0% sur le résultat du premier semestre 2013.

La solidité financière de Crédit Agricole S.A. s'est encore renforcée avec un ratio CET1 non phasé de 9,9% à fin juin 2014 contre 9,0% à fin mars 2014. Le ratio conglomérat (calculé sur fonds propres globaux phasés) s'élève à 242% au 30 juin 2014.

 

Responsabilité sociale et environnementale

Le Crédit Agricole dispose de nombreux atouts lui permettant de prendre part de façon soutenue et dynamique au financement de la transition énergétique sur l'ensemble des territoires.

Avec plus de 2 milliards d'euros de financements des énergies renouvelables et plus de 2 100 MW installés au 31 décembre 2013, ce sont environ 30% du parc photovoltaïque français, 25% du parc éolien et 70% des installations de méthanisation que le Crédit Agricole a financés. Également leader du marché des Green Bonds et de l'Investissement Socialement Responsable (ISR), le Crédit Agricole a profité de sa participation à la Conférence Bancaire et Financière sur la Transition Énergétique le 23 juin dernier pour formuler des propositions sur ces sujets, dont un dispositif réglementaire et fiscal encourageant les Green Bonds et une redéfinition des règles de l'Eco Prêt à Taux Zéro pour relancer sa distribution par les banques.

Les enjeux et défis posés par la transition énergétique ont ainsi trouvé un écho renouvelé au sein du Crédit Agricole depuis la mise en place, en 2010, du domaine d'Excellence « Économie de l'Énergie et de l'Environnement ». Cela illustre la volonté du Groupe d'intensifier son engagement et d'innover au service du financement des énergies renouvelables, de l'efficacité énergétique, de la mobilité durable et de la protection de la biodiversité.


Groupe Crédit Agricole

 

Cliquez ici pour accéder à l'intégralité des résultats du Groupe Crédit Agricole

 

hl-editor-bonasavoir

Groupe Crédit Agricole*

2ème trimestre et 1er semestre 2014

 

Ratio CET1 Bâle 3 non phasé au 30 juin 2014 : 12,3% (11,7 % fin mars 14)

RNPG T2-14 : 705 millions d'euros (vs 1 385 m€ au T2-13)

RNPG S1-14 : 2 125 millions d'euros (vs 2 410 m€ au S1-13)

 

lcl Assurance Emprunteur Immo LCL