Demandez plus à votre banque

Résultats du 1er trimestre 2014 Groupe Crédit Agricole et LCL

Paris, le 7 mai 2014.
De bons résultats et confirmation de la solidité du capital.

Publié le 07/05/2014

Résultats de LCL


Le premier trimestre 2014 s'inscrit dans le prolongement des tendances qui ont marqué l'année 2013, associant la hausse de la collecte et un développement maîtrisé des crédits.

Soutenues par une activité commerciale dynamique, les ressources ont progressé de 3,5% sur un an à fin mars 2014, pour atteindre 164,6 milliards d'euros. Les encours de collecte de bilan affichent une progression de 4,6% par rapport à fin mars 2013, imputable essentiellement aux dépôts à vue (+8,1%) et aux livrets A et LDD (respectivement +11,2% et +8,3% sur un an). Les encours de collecte hors bilan augmentent de 2,3% sur un an, notamment grâce à la bonne performance des marchés actions bénéficiant aux encours titres (+7,3% sur un an) et à une collecte très dynamique sur l'assurance-vie (+4,3% sur an).

Les encours de crédit progressent de 0,5% sur un an pour atteindre 89,4 milliards d'euros au 31 mars 2014. Cette progression est portée par les crédits à l'habitat dont la croissance atteint +2,5% en un an à 56,6 milliards d'euros. Les crédits aux entreprises et aux professionnels sont quant à eux en recul de 2,8% sur un an à 26,3 milliards d'euros, à l'instar des encours de crédit à la consommation (6,5 milliards d'euros au 31 mars 2014, soit une baisse de 2,6% sur un an).

Le ratio crédit/collecte s'établit à 110%, quasi stable par rapport à décembre 2013 (109%).

Le produit net bancaire enregistre une baisse de 1,9% au premier trimestre 2014 par rapport au premier trimestre 2013. La baisse de 1,6% de la marge d'intérêts par rapport à un premier trimestre 2013 élevé s'explique principalement par l'impact des rachats et remboursements anticipés de 2013. Les commissions reculent par ailleurs de 2,5% sur la même période, recul principalement concentré sur la tenue de compte (-7,4%), conséquence notamment des nouvelles dispositions de la Loi sur la Consommation de 2013.

Les charges progressent de 1,0 % au premier trimestre 2014 par rapport au premier trimestre 2013, intégrant les premières dépenses liées au projet d'entreprise. Les autres charges sont, quant à elles, stables.

Le coût du risque est en nette amélioration sur tous les marchés : il baisse de 21,4% au premier trimestre 2014 par rapport au premier trimestre 2013. Ainsi, le taux de créances dépréciées est en recul de 0,1 point, à la fois par rapport au trimestre précédent et au premier trimestre 2013 : il s'établit à 2,4% à fin mars 2014. Le taux de couverture des créances dépréciées (y compris les provisions collectives) est en hausse par rapport au premier et au quatrième trimestres 2013 : il atteint 75,0% à fin mars 2014.

Au total, le résultat net part du Groupe s'établit à 162 millions d'euros, en baisse de 6,2% par rapport au premier trimestre 2013.

 

 (en millions d'euros) T1-T4 T1-T3 Variation T1/T1
 Produit net bancaire 956 975
(1,9 %)
 Charges d’exploitation (619) (613) + 1,0 %
 Résultat brut d’exploitation 337 362
 (6,9 %)
 Coût du risque (70) (89) (21,4 %)
 Résultat d’exploitation 267 273 (2,2 %)
 Gains ou pertes nets sur autres actifs - 5 ns
 Résultat avant impôts 267 278 (4,1 %)
 Impôt (97) (97) -
 Résultat net de l'exercice 170 181 (6,2 %)
 Intérêts minoritaires 8 9 (6,7 %)
 Résultat net part du Groupe 162 172 (6,2 %)

Contacts Presse

Olivier TASSAIN
Tél : 01.42.95.54.77
Fax : 01.42.95.50.49
 
Brigitte NEIGE
Tél : 01.42.95.39.97
Fax : 01 42 95 50 49
 
Mail : servicepresse@lcl.fr

LCL

Télécharger

Crédit Agricole S.A.

 

Le Conseil d'administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Jean-Marie Sander le 6 mai 2014, a examiné les comptes du premier trimestre 2014.

Le résultat net part du Groupe ressort à 868 millions d'euros, en hausse de 29,6% sur le résultat du premier trimestre 2013, évolution établie selon des modalités comparables et hors impacts des éléments spécifiques, essentiellement réévaluation de la dette et plus-values sur titres.

Ce résultat traduit une activité commerciale bien orientée, avec un produit net bancaire en hausse de 0,7%1, dans un environnement économique peu porteur, une amélioration de l'efficacité opérationnelle avec une baisse des charges de 1,2% et une réduction de 20,2% du coût du risque.

L'activité commerciale en banque de proximité a été soutenue, avec des encours de collecte bilan et de crédits dans l'ensemble des réseaux de proximité du Groupe (Caisses régionales, LCL et réseaux à l'étranger) progressant respectivement de +3,3% et de +0,8% par rapport au premier trimestre 2013. Par ailleurs, les métiers de l'épargne (Amundi et banque privée) et de l'assurance ont enregistré une activité soutenue en réalisant une collecte nette de plus de 7 milliards d'euros sur le trimestre.

Dans le crédit à la consommation, le produit net bancaire ressort en baisse, en lien avec l'évolution des encours gérés (-5,3% sur un an), mais la relance de l'activité s'est traduite par une hausse de la production au premier trimestre par rapport à l'an passé. Dans la banque de financement et d'investissement, les revenus sont en hausse, y compris dans le fixed income qui a bénéficié de bonnes performances des activités de trésorerie et de taux.

Les charges d'exploitation sont en baisse, de 1,2% par rapport au premier trimestre 2013, pour le cinquième trimestre consécutif ; cette tendance provient pour une large part du programme MUST qui vise à réduire de 650 millions d'euros sur 4 ans les charges en optimisant l'immobilier, l'informatique et les achats.

Le coût du risque est en baisse : il s'établit à 60 points de base sur encours, en données annualisées, soit en amélioration de 8 points de base par rapport au premier trimestre 2013. La baisse concerne chacun des métiers : LCL (30 points de base contre 37 au premier trimestre 2013), la banque de proximité à l'international (141 points de base contre 152), la banque de financement (moins de 20 points de base contre 28), le crédit à la consommation (265 points de base contre 334) avec notamment l'amélioration continue de la qualité de la gestion d'Agos Ducato (surcroît de 112 points de base pour le métier du crédit à la consommation contre surcroît de 123 points de base douze mois auparavant).

A fin mars 2014, la structure du capital de Crédit Agricole S.A. est renforcée, avec un ratio Common Equity Tier 1 non phasé de 9,0%, en hausse de 50 points de base par rapport au ratio pro forma révisé de début janvier 2014. Le ratio pro forma de janvier, qui était estimé à 8,3% sur la base de données de gestion, a en effet été révisé à 8,5% après suppression d'une marge de prudence liée au passage à la CRD4, équivalente à 8 milliards d'euros d'emplois pondérés.

L'amélioration du ratio CET1 sur le premier trimestre est due principalement au résultat conservé et aux actions entreprises pour réduire l'impact de la CRD4, notamment par validation de modèles étendue à un périmètre plus large de portefeuilles. Le caractère pro cyclique des modalités de calcul, la volatilité de certains composants du numérateur du ratio comme les effets de valorisation, sont à intégrer dans les estimations pour les trimestres à venir.

La situation de liquidité du groupe Crédit Agricole s'est encore améliorée. Le bilan cash bancaire du Groupe s'élève à 1 028 milliards d'euros au 31 mars 2014 et l'excédent des ressources stables sur emplois stables est de 73 milliards d'euros à la fin du premier trimestre, à comparer à 48 milliards d'euros à fin mars 2013. Les réserves de liquidité couvrent largement (164%) l'endettement court terme brut. Par ailleurs, au 24 avril 2014, Crédit Agricole S.A. a déjà réalisé 70% de son programme annuel d'émissions à moyen-long terme sur les marchés. De plus, Crédit Agricole S.A. a réalisé en janvier et en avril 2014 deux émissions d'Additional Tier 1, l'une pour 1,75 milliard de dollars US et l'autre pour 1 milliard d'euros et 0,5 milliard de livres sterling.

 

Responsabilité sociale et environnementale (RSE)

Banque de financement et d'investissement de référence en finance responsable, Crédit Agricole CIB, filiale de Crédit Agricole S.A., a créé dès 2010 une équipe dédiée aux projets à vocation sociale et environnementale des clients de la banque. Elle est devenue, en 2013, le leader mondial2 en matière d'émission d'obligations responsables et vertes (plus de 5 milliards d'euros d'interventions). Au-delà d'émetteurs publics (Régions Ile-de-France, Provence Alpes Côte d'Azur, Nord Pas-de-Calais, Banque Mondiale et Banque Européenne d'Investissement), Crédit Agricole CIB a aussi accompagné des émetteurs privés (Air Liquide en 2012 pour 500 millions d'euros, EDF en 2013 pour 1,4 milliard d'euros, Unibail Rodamco pour 750 millions d'euros en 2014). La banque vient également de participer à la nouvelle émission responsable ou « green bonds » de la région Ile-de-France d'un montant de 600 millions d'euros.

Par ailleurs, Crédit Agricole CIB a conçu, aux côtés de Bank of America Merrill Lynch, Citi et JPMorgan Chase, une charte de bonnes pratiques en matière d'émissions responsables : les Green Bond Principles. 25 banques ont aujourd'hui adhéré à ces principes qui servent de lignes directrices pour ce type d'émissions.

Groupe Crédit Agricole

 

Cliquez ici pour accéder à l'intégralité des résultats du Groupe Crédit Agricole

 

hl-editor-bonasavoir

Groupe Crédit Agricole*

1er trimestre 2014

Résultat net
part du Groupe : 
1 420 millions d'euros (+14,8%** - T1/T1)

Ratio CET 1 non phasé : 11,7%

lcl Assurance Emprunteur Immo LCL