Demandez plus à votre banque

Résultats
1er trimestre 2016
Groupe Crédit Agricole et LCL

Poursuite d'un bon niveau d'activité commerciale.

Publié le 12/05/2016

Résultats de LCL

Depuis deux ans, LCL fait preuve d’une très bonne dynamique commerciale dans le cadre d’une politique volontariste d’augmentation des parts de marché, qui s’illustre par une forte progression des encours de crédit de 8,9% ainsi qu’une hausse des encours de collecte de 7,0% sur deux ans entre le 31 mars 2014 et le 31 mars 2016.

Les encours de crédit atteignent 97,4 milliards d’euros au 31 mars 2016, contre 91,9 milliards d’euros au 31 mars 2015 et 89,4 milliards d’euros au 31 mars 2014. Cette hausse est notamment tirée par les crédits habitat qui progressent de 6,1% entre mars 2015 et mars 2016 et de 11,2% sur deux ans ainsi que par les crédits aux entreprises et professionnels qui enregistrent une augmentation de 7,0% sur un an.

 

Résultats financiers 1er trimestre 2016 LCL - Infographie

Contacts Presse

Olivier TASSAIN
Tél : 01.42.95.54.77
Fax : 01.42.95.50.49
 
Brigitte NEIGE
Tél : 01.42.95.39.97
Fax : 01 42 95 50 49
 
Mail : servicepresse@lcl.fr

LCL

De la même façon, les ressources clientèle progressent fortement et atteignent 176,1 milliards d’euros au 31 mars 2016, contre 170,8 milliards d’euros au 31 mars 2015 et 164,6 milliards d’euros au 31 mars 2014. Les encours de collecte bilan affichent une hausse de 8,9% pour atteindre 96,8 milliards d’euros, toujours tirés par les dépôts à vue (+11,2% mars/mars).

En parallèle, les encours de collecte hors-bilan atteignent 79,3 milliards d’euros au 31 mars 2016, enregistrant une baisse de 3,2% entre le 31 mars 2015 et le 31 mars 2016, pénalisés par l’environnement de marché qui a pesé sur les encours sur titres (-7,9%) et sur OPCVM (-18,6%). En revanche, les encours d’assurance-vie enregistrent une hausse de 1,7% sur la période.

Dans le contexte de taux d’intérêts très bas que connaît le marché depuis 2014, la vague de renégociations et de remboursements anticipés a été exceptionnellement élevée : LCL a enregistré des opérations de renégociations ou de remboursements anticipés sur près de la moitié de son portefeuille de crédits habitat. Cette évolution fait partie de sa politique commerciale très dynamique visant à développer son fonds de commerce. Les fruits de cette conquête se traduisent par une forte progression de ses encours de crédits habitat, qui est près de deux fois supérieure à la croissance observée sur le marché1, par un gain de parts de marché de 0,3 point sur deux ans2 et par une augmentation de 1,5% du nombre de clients particuliers actifs. Cela fournit à LCL un potentiel de fidélisation conséquent, que le PMT Ambition Stratégique 2020 vise à concrétiser grâce aux synergies du Groupe.

Cette dynamique commerciale observée depuis deux ans, dans le contexte de taux actuel, affecte les performances financières de LCL sur ce début d’année 2016.

En effet, le produit net bancaire atteint 835 millions d’euros sur le premier trimestre 2016, en baisse de 9,3% par rapport au premier trimestre 2015. Il est fortement impacté par la baisse de la marge nette d’intérêts qui s’établit à 453 millions d’euros sur le premier trimestre 2016, contre 538 millions d’euros au premier trimestre 2015. Le rendement moyen des crédits a été pénalisé par la baisse des taux clients et par la croissance des encours (environ -40 points de base entre le premier trimestre 2015 et le premier trimestre 2016). Dans le même temps, le coût des passifs diminue progressivement grâce à la hausse des encours de DAV (+11,2% entre le 31 mars 2015 et le 31 mars 2016) et à l’abaissement des taux sur livrets et des comptes rémunérés. Sur 2016, cet impact sur la marge nette d’intérêt va se poursuivre, avec une inflexion attendue en 2017. En parallèle, les commissions atteignent 382 millions d’euros (en légère baisse par rapport au premier trimestre 2015 : 384 millions d’euros), les commissions sur titres ayant subi l’impact des marchés peu favorables. En revanche, les autres commissions affichent de bonnes progressions entre le premier trimestre 2015 et le premier trimestre 2016 (+3,8% pour les commissions d’assurances et +4,2% pour les commissions de gestion de comptes, services et moyens de paiement).

Les charges, hors FRU et plan de transformation, restent bien maîtrisées à 642 millions d’euros (-0,2% entre le premier trimestre 2016 et le premier trimestre 2015). Les charges liées au plan de transformation s’élèvent à 12m€ et la dotation pour le FRU atteint 16m€ (contre respectivement 8 millions d’euros et 12 millions d’euros au premier trimestre 2015).

Les risques demeurent toujours bien maîtrisés, le coût du risque enregistre en effet un net recul au premier trimestre 2016, pour s’établir à 22 millions d’euros, soit une diminution de 53,1% entre les deux périodes.

Au global, la nette amélioration du coût du risque ainsi que la stabilité des charges ne permettent toutefois pas à LCL de compenser le recul observé sur le produit net bancaire. Le résultat net part du Groupe de LCL enregistre donc une diminution de 31,8% sur le premier trimestre 2016 par rapport au premier trimestre 2015 et s’établit à 85 millions d’euros.

LCL réaffirme ses objectifs définis dans le cadre du PMT d’un coefficient d’exploitation en cible 2019 à environ 63,5% (soit -6 points) et d’une rentabilité supérieure à 16%.

 

(en millions d'euros) T1-16 T1-15 Variation T1/T1
Produit net bancaire 835 922 (9,3%)
Charges d'exploitation hors FRU et
plan de transformation
(642) (644) (0,2%)
FRU (16) (12) +32,5%
Impact plan de transformation (12) (8) +50,0%
Résultat brut d'exploitation 165 258 (35,9%)
Coût du risque (22) (48) (53,1%)
Résultat avant impôt 143 210 (32,0%)
Impôt (53) (78) (32,6%)
Résultat net de l'exercice 90 132 (31,7%)
Participations ne donnant pas le contrôle 5 6 (30,8%)
Résultat net part du Groupe 85 126 (31,8%)

 

Crédit Agricole S.A.

Le Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Dominique Lefebvre le 11 mai 2016, a examiné les comptes du premier trimestre 2016.

Le résultat net part du Groupe ressort à 227 millions d’euros ; la comparaison avec le résultat publié du premier trimestre 2015 n’est pas pertinente du fait du caractère atypique du premier trimestre 2016 qui intègre les éléments négatifs non récurrents de l’opération de simplification de la structure capitalistique annoncée le 17 février dernier.

En effet, l’opération d’optimisation de bilan visant, par la restructuration de dettes, à alléger le coût futur de la dette portée par Crédit Agricole S.A., s’est traduite par un impact négatif de 448 millions d’euros en résultat sur le seul premier trimestre. Par ailleurs, la déconsolidation des Caisses régionales, réalisée dès ce premier trimestre en application de la norme comptable IFRS 5, a entraîné l’absence de comptabilisation de la contribution des Caisses régionales au premier trimestre 2016 tout en permettant la perception des dividendes portant sur leur résultat 2015. Aussi, retraité de ces éléments et de ceux habituels non liés à l’activité (spread émetteur, DVA courante et couverture de prêts), le résultat sous-jacent du premier trimestre 2016 s’établit à +394 millions d’euros, en baisse limitée de 9,3% par rapport à celui du premier trimestre 2015.

Ce niveau de résultat sous-jacent n’est cependant pas représentatif des trimestres ultérieurs, car n’intégrant pas les impacts positifs récurrents de l’opération de simplification capitalistique (arrêt du paiement des intérêts sur le Switch 1, intérêts sur le prêt accordé aux Caisses régionales, allègement du coût de la dette) alors même qu’il supporte l’intégralité de la cotisation annuelle du Fonds de Résolution Unique.

L’évolution du résultat sous-jacent témoigne de la solidité du business model de Crédit Agricole S.A. qui permet de tempérer les moindres performances de certains métiers par les bons résultats des autres métiers : baisse limitée du résultat en Banque de proximité - désormais uniquement LCL et la Banque de proximité à l’International - (-15 millions d’euros), baisse plus marquée en Grandes Clientèles (-175 millions d’euros) du fait de mauvaises conditions de marché les deux premiers mois de l’année, mais progression en Gestion de l’épargne et Assurances (+36 millions d’euros) et en Services Financiers Spécialisés (+61 millions d’euros).

Cette solidité du modèle est d’autant plus appréciable que le contexte opérationnel reste difficile : les taux ont continué de baisser et conduisent, dans la banque de proximité, à la poursuite des renégociations de taux des crédits ou aux remboursements anticipés par les particuliers ; en outre, la mauvaise tenue des marchés et la forte hausse de la volatilité a conduit à un important attentisme des clients corporates, la baisse des cours du pétrole impactant les volumes de trade finance.

Tous les métiers ont d’ailleurs enregistré un bon niveau d’activité commerciale : en banque de proximité, LCL a vu sa collecte bilan augmenter de 8,9%, dont 10,2% pour les dépôts à vue, et ses encours de crédits de +5,9%, tandis que Cariparma a enregistré une progression de ses encours de crédits aux particuliers de +4,0% et son encours de collecte bilan de +4,2% ; en gestion d’actifs, Amundi a collecté, en net, 13,8 milliards d’euros sur le premier trimestre, faisant ainsi progresser ses encours gérés globaux malgré l’impact négatif des marchés ; en assurance-dommages, la production est en hausse de +11,8% par rapport au premier trimestre de 2015 et l’encours en épargne-retraite progresse de 2,7% sur un an ; dans les Services Financiers Spécialisés, la production de crédits à la consommation a atteint le niveau record de 9 milliards d’euros sur le trimestre, en hausse de près de 16% par rapport à la période correspondante de 2015 ; dans le pôle Grandes Clientèles, les activités de financement d’infrastructures, de transports aériens et ferroviaires ont été dynamiques, avec une hausse des revenus de +4% pour l’ensemble des financements structurés entre le premier trimestre 2015 et le premier trimestre 2016.

Outre les évolutions mentionnées sur les métiers, le pôle AHM enregistre une forte amélioration (+108 millions d’euros) de son produit net bancaire sous-jacent.

Au total, le produit net bancaire sous-jacent est en baisse limitée à 4,3% par rapport au premier trimestre 2015.

Les charges d’exploitation évoluent de manière maîtrisée : hors impact du Fonds de Résolution Unique, elles sont stables, malgré l’alourdissement des taxes et la poursuite des investissements dans les métiers de Gestion de l’épargne et de l’assurance, conformément aux orientations du Plan Ambition Stratégique 2020. Les charges dans la banque de proximité sont en baisse (-3 millions d’euros hors Fonds de résolution unique).

Le coût du risque a poursuivi sa tendance baissière : il s’établit ce trimestre à 39 points de base sur encours1, en données annualisées, soit en amélioration de 12 points de base par rapport au premier trimestre 2015. Cette tendance se retrouve dans la plupart des métiers : LCL (11 points de base contre 17 au premier trimestre 2015) Cariparma (113 points de base contre 136), le crédit à la consommation (140 points de base contre 244) et la banque de financement (21 points de base contre 25 points de base au premier trimestre 2015).


A fin mars 2016, la situation de solvabilité de Crédit Agricole S.A. s’est consolidée : le ratio Common Equity Tier 1 non phasé s’établit à 10,8%, contre 10,7% à fin décembre 2015 et 10,2% à fin mars 2015.

Le ratio LCR de Crédit Agricole S.A., tout comme celui du Groupe, sont supérieurs à 110% à fin mars 2016.

Au 30 avril 2016, Crédit Agricole S.A. a réalisé 63% de son programme de 14 milliards d’euros de financement moyen long terme sur les marchés (dette senior et subordonnée). Il a levé 7,6 milliard d’équivalent euros de dette senior et réalisé une émission en dollars US d’Additional Tier 1 pour 1,15 milliards d’équivalent euros.

Enfin, le ratio de levier phasé de Crédit Agricole S.A. s’établit à 4,4%2 à fin mars 2016 selon l’Acte Délégué adopté par la Commission européenne.

 

Groupe Crédit Agricole

 

Cliquez ici pour accéder à l'intégralité des résultats du Groupe Crédit Agricole

 

hl-editor-bonasavoir

Groupe Crédit Agricole*

Résultats du 1er trimestre 2016

  • PNB publié : 7 159 millions d’euros
  • Résultat avant impôt publié :
    1 396 millions d’euros
  • RNPG publié : 818 millions d’euros
  • Ratio CET1 non phasé : 13,9% (+90 pb /mars 15)
lcl Assurance Emprunteur Immo LCL