Demandez plus à votre banque

Résultats
3e trimestre 2016
Groupe Crédit Agricole et LCL

Une activité toujours soutenue.

Publié le 08/11/2016

Résultats de LCL*

*Résultats LCL Banque de Proximité

Le troisième trimestre 2016 s’inscrit dans le prolongement des tendances du trimestre précédent, c’est-à-dire la poursuite de la bonne dynamique commerciale couplée à des résultats en hausse T3/T3 hors la charge liée à l’ajustement du coût de refinancement.

Les encours de crédit sont en hausse de +4,2% entre septembre 2015 et septembre 2016, tirée par une progression marquée de +7,4% des crédits aux entreprises. Le crédit habitat augmente de +3,2% sur la même période. Les encours de collecte de bilan augmentent de +8,6% sur un an, soutenus par une hausse des dépôts à vue qui progressent de +13,1% entre septembre 2015 et septembre 2016.

L’activité sur les produits d’assurances a maintenu sa dynamique au troisième trimestre 2016, tout particulièrement en IARD (Multi Risques habitation, Auto et Santé) avec une production en hausse de +14% par rapport au troisième trimestre 2015.

Par ailleurs, le trimestre est marqué par un volume élevé de renégociations de crédits immobiliers (4,4 milliards d’euros), sans toutefois dépasser le pic des deuxième et troisième trimestres 2015 (respectivement 4,7 et 4,6 milliards d’euros). Les encours de remboursements anticipés, à 1,4 milliard d’euros, sont également en hausse sur le trimestre.


Afin de s’adapter aux effets du contexte de taux sur la marge d’intérêt, LCL a réalisé ce trimestre une opération d’ajustement du coût de refinancement de ses crédits. Cette opération, qui générera des effets positifs à partir du quatrième trimestre 2016, impacte les comptes du troisième trimestre 2016 à hauteur de -187 millions d’euros en résultat net part du Groupe (-300 millions d’euros en produit net bancaire).

Hors cette opération, le produit net bancaire du troisième trimestre 2016 atteint 870 millions d’euros, en baisse de 2,4% par rapport au troisième trimestre 2015. Hors la reprise sur provision épargne-logement comptabilisée au troisième trimestre 2015, cette baisse est ramenée à 2,0% sur la même période.

Par rapport au deuxième trimestre 2016, le produit net bancaire progresse de +2,5%. Cette hausse s’explique par l’amélioration de la marge nette d’intérêts (+6,0%, soit +28 millions d’euros par rapport au deuxième trimestre 2016) qui intègre le bénéfice non récurrent des commissions sur remboursement anticipés (12 millions d’euros au troisième trimestre 2016 contre 7 millions d’euros au deuxième trimestre 2016) et des renégociations des crédits immobiliers (19 millions d’euros au troisième trimestre 2016 contre 7 millions d’euros au deuxième trimestre 2016).

 

(en millions d'euros)

T3-16
sous-jacent1

Variation T3/T3
sous-jacent1

9M-16
sous-jacent1

Variation 9M/9M
sous-jacent1

Produit net bancaire

870

(2,4%)

2554

(7,4%)

Charges d’exploitation

(600)

(5,4%)

(1 895)

(2,1%)

Résultat brut d’exploitation

270

+5,1%

659

 (19,7%)

Coût du risque

(55)

x2,9

(130)

+56,6%

Résultat avant impôts

215

(9,7%)

529

(28,2%)

Impôt

(50)

(38,7%)

(161)

(39,6%)

Résultat net de l'exercice

165

+5,6%

368

(21,8%)

Intérêts minoritaires

8

+9,1%

18

(23,3%)

Résultat net part du Groupe

157

+5,4%

350

(21,7%)

Contacts Presse

Olivier TASSAIN
Tél : 01.42.95.54.77
Fax : 01.42.95.50.49
 
Brigitte NEIGE
Tél : 01.42.95.39.97
Fax : 01 42 95 50 49
 
Mail : servicepresse@lcl.fr

LCL

La réduction des charges s’accélère sur le troisième trimestre 2016 avec une nette baisse de -5,4% par rapport au troisième trimestre 2015. Cette baisse est ramenée à -4,7% hors les charges liées au plan de transformation.

Le coût du risque au troisième trimestre 2016 s’élève à 55 millions d’euros. Il est stable par rapport au troisième trimestre 2015 après retraitement de l’effet de la récupération sur un dossier juridique enregistrée au troisième trimestre 2015.

Au total, le résultat net part du Groupe sous-jacent de LCL s’établit pour le troisième trimestre 2016 à 157 millions d’euros hors ajustement du coût de refinancement, soit une hausse de +5,4% par rapport au troisième trimestre 2015.

Sur les neuf premiers mois de 2016, le résultat net part du Groupe sous-jacent s’établit à 350 millions d’euros hors ajustement du coût de refinancement et provision pour optimisation réseau. Il est en retrait de -21,7% par rapport aux neuf premiers mois de 2015, la marge nette d’intérêt étant impactée défavorablement par la vague exceptionnelle de renégociations et de remboursements anticipés des crédits immobiliers de l’année 2015.

Les éléments spécifiques du compte de résultat pour passer des montants et variations publiés aux montants et variations sous-jacents pour le trimestre et les neuf mois 2016 ainsi que les mêmes périodes en 2015 sont détaillés en annexe.

Télécharger

Crédit Agricole S.A.

Le Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Dominique Lefebvre le 7 novembre 2016, a examiné les comptes du troisième trimestre et des neuf premiers mois 2016.

Au troisième trimestre 2016, le résultat net part du Groupe atteint 1 864 millions d’euros. Il inclut le profit comptabilisé au titre de l’opération de simplification de la structure du Groupe, soit 1 254 millions d’euros, net de frais liés à la transaction et après impôt. Il inclut également une charge liée à l’ajustement du coût de refinancement chez LCL, soit -187 millions d’euros après impôt, ainsi que d’autres éléments spécifiques moins importants. Au total, les éléments spécifiques1 ont augmenté le résultat net part du Groupe ce trimestre de +845 millions d’euros. Hors ces éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent atteint 1 019 millions d’euros, en hausse de +26,9% par rapport au troisième trimestre 2015.

Ce très bon niveau de résultat a été obtenu grâce à une forte dynamique commerciale dans tous les métiers et réseaux de distribution du Groupe Crédit Agricole S.A., ainsi que dans les Caisses régionales qui distribuent ses produits. Elle a été complétée par un très bon contrôle des coûts, en baisse par rapport au même trimestre de l’an dernier, et un coût du risque qui est resté à un niveau bas.

En reconnaissance de ses investissements en digitalisation de ses activités, le groupe Crédit Agricole figure à nouveau en 2016 dans le Top 3 des entreprises dont le rayonnement numérique et les services digitaux sont les plus avancés en France (source : La Factory).

L’activité a été soutenue dans tous les métiers :

  •  les réseaux de banque de proximité, notamment en France et en Italie, ont connu une bonne progression des crédits et de la collecte ; LCL a vu ses encours augmenter de +3,2% sur un an pour les crédits à l’habitat, de +7,4% pour les crédits aux entreprises, et de +13,1% pour les dépôts à vue, alors que la Banque de Proximité en Italie connaissait des succès équivalents : +4,7% pour les crédits à l’habitat, +20,4% pour les grandes entreprises, +9,8% pour la collecte hors bilan ;
  •  les services financiers spécialisés poursuivent leur croissance, avec une production en crédit à la consommation en hausse de +15,3% sur le trimestre par rapport au troisième trimestre 2015 ;
  •  la gestion d’actifs voit ses encours sous gestion augmenter de +10,8% sur un an, à 1 054 milliards d’euros, grâce notamment à une forte collecte – 22,3 milliards d’euros – au troisième trimestre 2016 ;
  •  l’assurance a ouvert 175 000 nouveaux contrats en assurance dommages sur le trimestre, et les encours en assurance vie ont augmenté de +4,2% sur un an, à 267 milliards d’euros à fin septembre 2016 ;
  •  Enfin, le pôle Grandes clientèles a connu un très fort niveau d’activité dans les métiers de taux, change et crédits, dans un contexte de marché favorable post Brexit, ainsi que dans les financements structurés ; CACIB occupe la quatrième place au classement mondial des teneurs de livre d’émissions obligataires en euros avec une part de marché de 6,2% à fin septembre, soit +0,8 point par rapport à fin septembre 2015.


Reflet de ce haut niveau d’activité, le produit net bancaire, hors éléments spécifiques1, progresse de +11,9%/+467 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2015, à 4 411 millions d’euros, grâce notamment à une forte hausse dans le pôle Grandes clientèles (+38,6%/+406 millions d’euros) et aux premiers effets positifs récurrents de la simplification de la structure du Groupe sur le pôle AHM (+211 millions d’euros sur le troisième trimestre). Les autres pôles sont stables ou en légère baisse, un faible niveau de réalisations de plus-values affectant notamment le produit net bancaire des Assurances (en baisse de -4,2%/-23 millions d’euros) et le bas niveau de taux d’intérêt pesant sur la marge d’intérêt de LCL (produit net bancaire hors charge liée à l’ajustement du coût de refinancement et hors provisions d’épargne logement en baisse de -2,0%/-17 millions d’euros) et de la banque de proximité en Italie (-0,2%). Par rapport au deuxième trimestre 2016, le produit net bancaire sous-jacent est en hausse de +1,7%/+74 millions d’euros, grâce au pôle Grandes clientèles (+10,2%/+136 millions d’euros) et à LCL (+2,5%/+21 millions d’euros en sous-jacent), malgré l’effet saisonnier dans le pôle Gestion d’épargne et assurances (-5,0%/-58 millions d’euros).

Les charges d’exploitation restent sous contrôle dans tous les métiers, en baisse de -1,8%/50 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2015, en dépit d’investissements dans le pôle Services Financiers Spécialisés (+3,7%/12 millions d’euros) et de charges de regroupement immobilier pour le pôle Grandes clientèles (~20 millions d’euros), plus que compensés par les baisses de coûts de LCL (-29 millions d’euros) et d’AHM (-36 millions d’euros) ainsi qu’une reprise de provisions retraite en Gestion de fortune (-25 millions d’euros).

Le coût du risque de crédit est bien maîtrisé, à un niveau bas : 444 millions d’euros, en hausse de seulement +4,0% par rapport au troisième trimestre 2015 ajusté de l’annulation de l’activation de la garantie Switch 22. Cela correspond à 41 points de base des encours consolidés3, en baisse de -2 points de base par rapport au troisième trimestre 2015 et stable par rapport au deuxième trimestre 2016. Il continue à baisser, depuis sept trimestres, pour la banque de proximité en Italie (101 points de base), se stabilise pour le métier de crédit à la consommation (134 points de base) et augmente par rapport à une base très faible au troisième trimestre 2015 pour LCL (18 points de base) et la Banque de financement du pôle Grande clientèles (32 points de base), tout en restant à un niveau bas dans les deux cas.
Une dotation à la provision pour risques juridiques à hauteur de 50 millions d’euros vient s’ajouter au coût du risque de crédit, de même montant que la dotation du deuxième trimestre. Comme cette dernière, elle n’est affectée à aucun litige identifié.

A fin septembre 2016, la solvabilité de Crédit Agricole S.A. s’est encore renforcée, avec un ratio Common Equity Tier 1 non phasé de 12,0%, soit +170 points de base d’amélioration par rapport à fin septembre 2015 et +80 points de base par rapport à fin juin 2016, s’expliquant principalement par l’impact de la simplification de structure (+72 points de base) et le résultat net distribuable du trimestre. Le ratio de septembre prend en compte l’ajustement sur un trimestre de la déduction prudentielle au titre du dividende sur la base de l’intention de recommander à l’assemblée générale de mai 2017 un dividende de 0,60 euros par action, soit un effet négatif de -7 points de base. Retraités de l’opération de simplification de structure, les encours pondérés sont restés stables sur le trimestre.

Ce niveau de ratio CET1 offre un coussin par rapport au seuil de restriction de distribution applicable au 1er janvier 20174 de 475 points de base, soit environ 14 milliards d’euros.

Le ratio de levier phasé de Crédit Agricole S.A. s’établit à 4,7%5 à fin septembre 2016 selon l’Acte Délégué adopté par la Commission européenne, en progression de 0,1 point de pourcentage par rapport à fin juin 2016.

Le ratio LCR de Crédit Agricole S.A., tout comme celui du Groupe, reste supérieur à 110% à fin septembre 2016.

Au 30 septembre 2016, Crédit Agricole S.A. a réalisé 79% de son programme de 14 milliards d’euros de financement moyen long terme sur les marchés (dette senior et subordonnée). Il a levé 9,6 milliards d’équivalent euros de dette senior et 1,5 milliard d’équivalent euro de dette subordonnée. Crédit Agricole S.A. est en attente de l’adoption de la loi française sur la dette senior non préférée pour optimiser le coût de la structure de son bilan.

Sur les neuf premiers mois de 2016, le résultat net part du Groupe publié atteint 3 249 millions d’euros. Outre les éléments spécifiques du troisième trimestre mentionnés supra, il intègre également la plus-value réalisée au deuxième trimestre sur la cession de titres VISA pour 327 millions d’euros ainsi que d’autres éléments spécifiques du premier semestre moins significatifs. Hors tous les éléments spécifiques des neuf mois, le résultat net sous-jacent s’établit à 2 233 millions d’euros, en hausse de +13,8% par rapport au neuf premiers mois de 2015.

 

Groupe Crédit Agricole*

 

Cliquez ici pour accéder à l'intégralité des résultats du Groupe Crédit Agricole

 

hl-editor-bonasavoir

Groupe Crédit Agricole*

Résultats du 3e trimestre et des 9 premiers mois 2016

  • Bon niveau d’activité de toutes les composantes : réseaux, métiers et grandes clientèles
  • RNPG T3 : 1,4 Md€ en publié, 1,8 Md€ en sous-jacent1 (+4% T3/T3) ; 9M sous-jacent1 4,7 Mds€
  • Caisses régionales : RNPG à un haut niveau, 0,78 Md€ au T3 ; 9M : 2,4 Mds€
  • Solidité financière au meilleur niveau, encore renforcée : ratio CET1 non phasé2 14,4%
lcl Assurance Emprunteur Immo LCL