Demandez plus à votre banque

Résultats annuels 2013 Crédit Agricole S.A. et LCL

Bonne tenue de l'activité et des résultats.

Publié le 19/02/2014

Résultats LCL 2013

 

Le Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Jean-Marie Sander le 18 février 2014, a examiné les comptes du quatrième trimestre 2013 et arrêté les comptes de l’exercice 2013. La contribution de LCL à ses résultats est la suivante :

LCL conserve un bon niveau d’activité au quatrième trimestre 2013 qui s’inscrit dans la tendance des trimestres précédents. Les encours de crédit progressent ainsi de 0,3% sur un an pour atteindre 89,5 milliards d’euros au 31 décembre 2013. Cette progression est tirée par les crédits à l’habitat dont la croissance atteint +2,3% en un an à 56,4 milliards d’euros et +0,7% par rapport à fin septembre 2013.

hl-editor-bonasavoir

Exercice 2013

Résultat net LCL : 
630 millions d'euros (9,7 %)

4e trimestre 2013
Résultat net LCL : 
112 millions d'euros
(12,8 % / T4-12)

Contacts Presse

Olivier TASSAIN
Tél : 01.42.95.54.77
Fax : 01.42.95.50.49
 
Brigitte NEIGE
Tél : 01.42.95.39.97
Fax : 01 42 95 50 49
 
Mail : servicepresse@lcl.fr

LCL

Les crédits aux entreprises et aux professionnels sont quant à eux en léger recul de 2,8% sur un an à 26,4 milliards d’euros, à l’instar des encours de crédit à la consommation (6,7 milliards d’euros au 31 décembre 2013, soit -3,3% sur un an).

Les ressources clientèle continuent de croître à un rythme élevé, portées par le dynamisme du réseau. Elles atteignent 163,2 milliards d’euros à fin décembre 2013, en hausse de 4,1% sur un an. Les encours de bilan, en hausse de 6,8% sur un an, sont tirés par la progression des livrets (+8,3%) et des dépôts à vue (+7,0%). Les encours de collecte hors bilan progressent également de 1,3% sur un an, essentiellement grâce à l’assurance-vie dont les encours augmentent de 4,2% sur la période pour atteindre 53,4 milliards d’euros fin décembre 2013.

Le ratio crédit/collecte s’améliore ainsi de 7 points sur un an pour s’établir à 109% à fin décembre 2013 bénéficiant de l’évolution favorable de la collecte bilan et des crédits et d’une réduction du taux de centralisation de l’épargne réglementée à la Caisse des Dépôts et Consignations.

Le produit net bancaire du trimestre s’établit à 935 millions d’euros, en hausse faciale de 1,8% par rapport au quatrième trimestre 2012 (stable après retraitement de la provision épargne logement). La bonne tenue des revenus reflète la solidité de la marge d'intérêt clients et la progression de 2,6% des commissions entre le quatrième trimestre 2013 et le quatrième trimestre 2012, portée par les commissions de gestion mobilière (+16,1%). Ainsi, alors que la marge à la production sur les nouveaux crédits reste supérieure à la marge sur stock en activité clientèle, la marge de transformation se contracte dans un contexte de taux toujours bas, effet accentué par l’augmentation des remboursements anticipés de prêts immobiliers. Entre 2012 et 2013, la baisse du produit net bancaire est limitée à 0,7%1.

Sous l’effet des programmes de réduction de coûts MUST et PSF (Plan Stratégique Frais), les charges d’exploitation restent bien maîtrisées. Elles affichent une baisse de 0,3% sur l’année malgré une hausse de 0,8% entre le quatrième trimestre 2013 et le quatrième trimestre de l’année précédente. Le coefficient d’exploitation du trimestre s’établit à 69,7%. Le coefficient d’exploitation du trimestre s’établit à 69,7%. Le coefficient d’exploitation de l’année 2013 s’établit quant à lui à 65,9%1, en légère hausse par rapport à l’année 2012 (+0,3 point).

Le coût du risque est en recul de 2,4% sur l’année malgré un quatrième trimestre en progression de 11,3%, pénalisé par le provisionnement d’un nombre limité de dossiers entreprises. Le taux de créances dépréciées représente 2,5% des encours bruts ; le taux de couverture des créances dépréciées (y compris les provisions collectives) s’établit à 74,7% fin décembre 2013.

Au total, le résultat net part du Groupe du trimestre s’établit à 107 millions d’euros, en baisse de 21,3%1 par rapport au quatrième trimestre 2012 en dépit de la bonne résistance du produit net bancaire et de la maîtrise des charges. Le résultat du trimestre est ainsi pénalisé par le relèvement du taux d’impôt en France de 36,1% à 38,0% et la hausse du coût du risque sur le trimestre. Le résultat net part du Groupe de l’année 2013 s’établit quant à lui à 599 millions d’euros, en baisse de 3,9%1 par rapport à l’année 2012.

 

Contribution de LCL aux résultats de Crédit Agricole S.A. (part du Groupe)

 

 (en millions d'euros) T4-13 Variation T4/T4 2013 Variation 2013/2012
 Produit net bancaire 935 + 1,8 % 3 811 (2,0 %)
 Charges d’exploitation (645) + 0,8 % (2 514) (0,3 %)
 Résultat brut d’exploitation 290 + 3,9 % 1 297  (5,3 %)
 Coût du risque (86) + 11,3 % (304) (2,4 %)
 Résultat d’exploitation 204 + 1,1 % 993 (6,1 %)
 Gains ou pertes nets sur autres actifs - ns 5 ns
 Résultat avant impôts 204 + 0,1 % 998 (5,7 %)
 Impôt (92) + 22,6 % (368) + 1,8 %
 Résultat net de l'exercice 112 (12,8 %) 630 (9,7 %)
 Intérêts minoritaires 5 (12,3 %) 31 (9,5 %)
 Résultat net part du Groupe 107 (12,8 %) 599 (9,7 %)

Télécharger

Crédit Agricole S.A.

 

Le Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Jean-Marie Sander le 18 février 2014, a examiné les comptes du quatrième trimestre 2013 et arrêté les comptes de l’exercice 2013.

Le résultat net part du groupe de Crédit Agricole S.A. sur l’exercice 2013 s’établit à 2 505 millions d’euros, après un résultat au quatrième trimestre de 612 millions d’euros.

La poursuite du recentrage de l'activité a consisté en 2013 à céder des portefeuilles, des participations et des filiales, ne faisant plus partie des activités prioritaires de Crédit Agricole S.A. : aboutissement du processus de cession d’Emporiki, de Cheuvreux, de CLSA, de Bankinter, réduction de la participation dans Eurazeo, préparation de la cession de Newedge, renforcement dans Amundi, projet de cession d’entités nordiques1 de CACF et de CA Bulgarie, cession des CDO et du portefeuille à sous-jacent résidentiel américain.

Au quatrième trimestre 2013, le produit net bancaire est en hausse de 21,9% par rapport au quatrième trimestre 2012. Retraité des éléments spécifiques2, la progression est de 3,2% pour les métiers, traduisant leur bonne dynamique commerciale.

Le montant des charges d’exploitation diminue de 4,0% par rapport au quatrième trimestre 2012, conséquence de l'avance prise dans le programme de réduction de charges MUST. C’est le quatrième trimestre consécutif d’économies de charges.

Le coût du risque est en baisse de 14,2%, l’amélioration constatée sur Agos Ducato en étant la principale source. Par ailleurs, la cession de portefeuilles de créances douteuses très largement provisionnées fait plus que compenser l’impact sur le taux de couverture de dotations complémentaires renforçant le niveau de provisionnement dans les divers pôles métiers et en Activités hors métiers.

Le quatrième trimestre enregistre un produit d’impôt de 264 millions d’euros comprenant un produit de 223 millions d’euros afférant à la déduction fiscale des pertes liées à la dernière augmentation de capital réalisée chez Emporiki en janvier 2013 ainsi qu’un gain fiscal de 57 millions d’euros sur Cariparma et Agos Ducato, lié aux changements réglementaires de taux d’impôt et de règles de déductibilité en Italie.

Il enregistre également un résultat net d’impôt des activités arrêtées ou en cours de cession de -132 millions d’euros au titre de projets de cessions de la filiale en Bulgarie et d’entités nordiques CACF.

Le résultat net part du groupe ressort ainsi sur le trimestre à 612 millions d’euros, les différents éléments spécifiques se compensant.

Sur l’ensemble de l’exercice 2013, l’activité est restée soutenue dans les réseaux de banque de proximité, avec en particulier une collecte bilan en progression de 4,5% sur l’année et des encours de crédits à l’habitat en hausse de plus de 2%. Le pôle Gestion de l’épargne et Assurances a vu ses actifs sous gestion augmenter de 47,7 milliards d’euros, dont 13,1 milliards d’euros de collecte nette sur l’année 2013. Les métiers qui ont fait l’objet de réduction volontaire de périmètre d’activités, tels les Services financiers spécialisés et la Banque de financement et d’investissement, ont connu une baisse limitée de leurs revenus.

Cette résistance de l’activité se retrouve dans la légère croissance du produit net bancaire de Crédit Agricole S.A. (+0,4% en 2013 par rapport à 2012).

Les charges sont en baisse de 3,0% sur l’année, conséquence notamment du programme MUST dont l’objectif de réduction des charges à fin 2013 a été dépassé.

Le résultat brut d’exploitation ressort ainsi en progression de 9,4% sur l’année.

Le coût du risque affiche une baisse de 20,0%, revenant à 67 points de base sur les encours contre 75 points de base en 2012. Tous les métiers contribuent à cette évolution favorable, la remise en ordre d’Agos Ducato en étant l’élément majeur.

Au total, le résultat net publié ressort à 2 505 millions d’euros, proche du résultat normalisé (2 449 millions d’euros), les éléments spécifiques se compensant globalement. Ainsi, les effets comptables créant une pression négative sur les résultats, tels les spreads émetteurs, le CVA/DVA Day 1, la DVA running et les couvertures de prêts, voient leur impact compensé par les plus-values de cessions et la déduction fiscale de l’augmentation de capital de janvier 2013 d’Emporiki dans le calcul de l’impôt.

Au cours de l’exercice 2013, la structure de bilan et de capital s’est également renforcée.

Sur le second semestre, notamment en application de la norme IAS 32 (compensation d’instruments dérivés traités avec une chambre de compensation), le bilan de Crédit Agricole S.A. a diminué de 305 milliards d’euros à fin décembre 2013 par rapport à fin 2012, soit un recul de 24% du total de bilan hors assurances et opérations internes au Crédit Agricole.

En 2013, le Crédit Agricole a été actif sur les marchés pour garantir le financement de ses activités.

Crédit Agricole S.A. a levé 15,5 milliards d’euros de dette senior, soit 3,5 milliards d’euros de plus que son programme initial, à des conditions moyennes nettement plus favorables que l’année précédente. Pour l’année 2014, le programme d’émissions a été fixé à 10 milliards d’euros. Au 12 février 2014, 40% du plan était déjà réalisé.

Par ailleurs, Crédit Agricole S.A. a réalisé une émission de capital contingent Tier 2 de 1 milliard de dollars US en septembre 2013, suivie en janvier 2014 d’une émission d’Additional Tier 1 d’un montant de 1,75 milliard de dollars US, qui contribuent à renforcer sa structure de capital.

En matière de solvabilité, les ratios de fonds propres se sont renforcés, avec un Core Tier 1 Bâle 2.5 de 10,0% à fin décembre 2013, à comparer à 9,2% à fin décembre 2012, et un ratio global de 15,8% contre 13,2% à fin 2012. Ces évolutions favorables proviennent d’une bonne maîtrise des engagements pondérés sur l’année et de la génération organique de capital qui intègre le résultat conservé.

Le ratio Common Equity Tier 1 Bâle non phasé s’établit à 8,3% en pro forma janvier 2014, date d'application de la nouvelle réglementation Bâle 3.

Le Conseil d’administration proposera à l’Assemblée générale du 21 mai 2014 un dividende de 0,35 euro par action. Deux options seront offertes aux actionnaires pour le paiement du dividende :

  • soit le paiement en numéraire,

  • soit le paiement intégral en actions.

L’actionnaire majoritaire de Crédit Agricole S.A., SAS Rue la Boétie, a confirmé au cours du Conseil qu’il opterait pour le paiement en actions nouvelles, sous réserve d’un vote positif lors de la prochaine Assemblée générale.

Par ailleurs, les actionnaires répondant aux critères d’attribution du dividende majoré se verront offrir une majoration de 10% du montant du dividende proposé à l’Assemblée générale.

Au total, c'est 35% du résultat consolidé qui sera ainsi distribué aux actionnaires.

 

hl-editor-bonasavoir

Groupe Crédit Agricole*

Exercice 2013
Résultat net part du Groupe :
5 136 millions d'euros dont RNPG des Caisses régionales : + 3 666 millions d-euros

* Crédit Agricole S.A. et Caisses régionales à 100 %

lcl Assurance Emprunteur Immo LCL