Demandez plus à votre banque

La Fondation LCL accompagne l'Institut des Maladies de l'Appareil Digestif

La Fondation LCL a décidé en 2014 d'accompagner pendant trois ans l'Institut des Maladies de l'Appareil Digestif du CHU de Nantes dans le cadre d'un programme de recherche visant à caractériser l'impact à long terme de l'alimentation périnatale sur la santé, également désigné sous le terme « d'empreinte nutritionnelle », et à proposer des stratégies préventives des maladies métaboliques et digestives.

La vocation de l'institut des maladies de l'appareil digestif (IMAD)

Créé en 2005, l'IMAD réunit, au cœur de l'Hôtel-Dieu de Nantes, des spécialistes des maladies de l'appareil digestif et de la nutrition. Unique en son genre, l'Institut - qui associe  le CHU et l'Université de Nantes, l'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm) et l'Institut National de la Recherche Agronomique (Inra) - réunit, sous la direction du Professeur Stanislas Bruley des Varannes, plus de 380 médecins, personnels de soins et de recherche, chercheurs, enseignants et étudiants.La démarche de l'IMAD s'inscrit dans une meilleure compréhension des mécanismes du fonctionnement de l'appareil digestif aussi bien dans des conditions normales que dans un contexte de maladie. Les équipes médicales et de recherche travaillent ensemble, mobilisées autour d'un seul et même objectif : améliorer la prise en charge des maladies digestives en accélérant la mise à disposition des malades, des moyens diagnostiques et des traitements nouveaux.

Documentaire « Le ventre, notre deuxième cerveau »

Le programme de recherche relatif à l'impact de l'alimentation périnatale sur notre santé

Le programme soutenu par la Fondation LCL s'inscrit dans le projet PARIMAD - lauréat d'un appel d'offre recherche 2013 de la région des Pays de la Loire - initié en début d'année 2014.Notre santé se prépare dès les premières étapes de notre vie. Ainsi « l'alimentation périnatale » laisse-t-elle une empreinte métabolique qui peut avoir des conséquences à long terme sur notre santé et notre bien-être. En particulier, la période qui s'étend de la conception jusqu'aux 2 ans de l'enfant est critique pour la formation du cerveau, de l'intestin et du système nerveux entérique (deuxième cerveau), les rendant particulièrement sensibles aux facteurs nutritionnels et environnementaux. Les travaux de recherche menés ont pour objectif de comprendre comment l'empreinte nutritionnelle peut modifier la régulation de la prise alimentaire et des fonctions digestives. Le programme vise notamment à préciser comment elle peut contribuer à l'apparition ultérieure de maladies, en particulier à travers une modification de la communication existant entre l'intestin et le cerveau, deux organes clés de la nutrition. L'objectif final de ces recherches est d'identifier des cibles thérapeutiques et (ou) définir des stratégies nutritionnelles précoces pour prévenir l'apparition de maladies chroniques à l'âge adulte, telles que l'obésité, le cancer, les maladies neurodégénératives (Parkinson, Alzheimer).Un des points remarquables de ce projet est l'étroite association de deux structures de recherche biomédicale de l'IMAD renforçant encore la synergie des actions entreprises:

  • l'une spécialisée en nutrition périnatale (Unité de Physiologie des Adaptations Nutritionnelles UMR Inra 1280),

  • l'autre en Neurogastroentérologie (UMR Inserm 913).

Ce projet, porté par Vincent Paillé et Gwénola Le Dréan côté Inra et par Hélène Boudin côté Inserm, bénéficie de la présence au sein de l'Institut d'un centre d'investigation permettant une recherche appliquée à l'homme (le CIC-IMAD). Plus d'une vingtaine de personnes sera impliquée dans ce projet, sans compter le recrutement de deux étudiants en Master 2 et d'un doctorant à la rentrée universitaire 2014.

Émission de France Inter

hl-editor-bonasavoir

Les maladies digestives : un enjeu majeur de la santé publique

On recense environ 800 maladies digestives et hépatiques (cancers digestifs et du foie, hépatites B et C, maladies inflammatoires chroniques de l'intestin, dont la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique, syndrome de l'intestin irritable,...).

Ces maladies constituent un enjeu majeur de santé publique : elles touchent plus de 2 français sur 10 et ont un coût humain et sociétal élevé. En France, c'est le premier motif d'hospitalisation.

13% des décès sont chaque année liés à ces maladies.

lcl Assurance Emprunteur Immo LCL