Demandez plus à votre banque

Les traitements et salaires comprennent toutes les rémunérations que vous avez perçues en 2014 en tant que salarié ainsi que les revenus de remplacement (allocations chômage et assimilées).

Publié le 25/03/2015

Déclaration des revenus d’activité

Traitements, salaires, congés payés, appointements, primes, treizième mois, émoluments... Quelle que soit leur dénomination, les rémunérations que vous avez reçues en tant que salarié sont imposables en tant que revenus d’activité.

En principe, ces rémunérations sont déjà connues de l’administration fiscale (car déclarées par votre employeur) et figurent dans votre déclaration préremplie pour vous et votre conjoint ou partenaire de Pacs.

 

Comment déclarer vos revenus d’activité en 2015 ?

Vérifiez attentivement les cases 1AJ et 1BJ préremplies de votre déclaration n° 2042 : elles comprennent vos salaires proprement dits et vos avantages en nature imposables (le total figure sur votre fiche de paie de décembre 2014 sur la ligne « Montant net imposable ») ainsi que les indemnités journalières versées par la Sécurité sociale (indemnités maladie, indemnités de congé de maternité, de paternité ou d’adoption, indemnités pour accident du travail pour leur quote-part imposable). Les montants sont erronés ? Il suffit de corriger.

Les revenus des personnes à charge ou rattachées ne sont pas préremplis : pensez à les rajouter cases 1CJ et 1DJ.

 

Déclaration des autres revenus imposables

Dans cette rubrique, cases 1AP et 1BP, sont mentionnés les revenus de remplacement (allocations de préretraite et allocations chômage) imposés comme des salaires, mais qui n’ouvrent pas droit à la prime pour l’emploi. Cette rubrique est déjà préremplie : vous devez vérifier si les montants sont corrects et le cas échéant les corriger.

hl-editor-lemotduconseiller-v2

Frais professionnels

L'administration fiscale appliquera sur vos salaires, indemnités journalières de la Sécurité sociale,

allocations de chômage et préretraite déclarés au titre de 2014 un abattement de 10 % : abattement minimum de 426 € (936 € pour les demandeurs d’emploi inscrit à Pôle emploi depuis au moins 12 mois consécutifs) et maximum de 12 157 €, pour chaque membre du foyer fiscal salarié. Il s’agit d’une déduction forfaitaire destinée à couvrir vos frais professionnels ; vous n’avez donc aucun justificatif à fournir.

Si vous estimez que vos frais professionnels dépassent 10 % de votre rémunération, n’hésitez pas à opter pour les frais réels. Vous pourrez ainsi déduire davantage. Dans ce cas, vous devrez conserver les justificatifs de vos dépenses et les présenter en cas de demande.

lcl Assurance Emprunteur Immo LCL