Demandez plus à votre banque

Classement et résultats
Paris-Nice 2017

Sergio Henao, vainqueur de justesse
Sergio Henao remporte Paris-Nice 2017 pour deux petites secondes devant Alberto Contador. Devancé sur la ligne par David De La Cruz, Alberto Contador déloge Dan Martin de la deuxième marche du podium.

Publié le 16/06/2017

étape 8

 

Contador le perdant magnifique

Comme en 2016, Alberto Contador s’est battu avec panache pour tenter de renverser la course. Comme en 2016, il a échoué d’un rien. Après avoir perdu pour quatre secondes face à Geraint Thomas l’an passé, l’Espagnol vient buter sur Sergio Henao pour 2 secondes. Comme en 2016 toujours, le Pistolero fait vaciller la course en attaquant de loin. A 52 kilomètres exactement, dans la côte de Peille. Distancé mais pas vaincu, Sergio Henao profite du soutien de circonstance de coureurs intéressés par la victoire d’étape pour réduire, juste ce qu’il faut, un écart qui tutoiera la minute.

 

David De La Cruz brise le rêve d’Alberto Contador

Rescapés d’une échappée de 24 coureurs, David De La Cruz et Marc Soler se retrouvent en compagnie d’Alberto Contador en tête de course. Après une attaque de Marc Soler dans le col d’Eze, c’est finalement David De La Cruz et Alberto Contador qui se disputent l’étape dans les rues de Nice.
En devançant son compatriote sur la ligne, David De La Cruz le prive de précieuses secondes de bonification qui lui auraient suffi pour conquérir le Maillot jaune LCL.

Les Français au tableau d’honneur

En passant les trois premiers cols en tête, Lilian Calmejane s’assure la victoire dans le classement de la montagne. Malgré la perte de la tunique jaune dans le col de la Couillole la veille, Julian Alaphilippe peut tirer un bilan très positif de Paris-Nice 2017. En plus d’une brillante victoire dans le contre-la-montre, il conserve sa 5ème place au général et remporte les classements par points et du meilleur jeune.

album photos

étape 7

 

Monsieur Paris-Nice

Ecarté dans la lutte pour le Maillot jaune LCL après un début de Paris-Nice catastrophique, Richie Porte se console en remportant l’étape reine au sommet du col de la Couillole. Double vainqueur de l’épreuve, l’Australien exploite parfaitement le col de la Couillole, usant par sa longueur inhabituelle pour la saison. Si Lilian Calméjane parvient à déposséder Axel Domont du maillot de meilleur grimpeur en basculant en tête du col Saint Martin, aucun échappé ne peut espérer la victoire sur cette étape.

 

Sergio Henao nouveau Maillot jaune LCL

Les équipiers de Sergio Henao, 3ème du général au départ, font le ménage en imposant un rythme soutenu au peloton. Tony Gallopin tout d’abord, Julian Alaphilippe ensuite, en font les frais. Le porteur du Maillot jaune LCL cède à dix kilomètres de l’arrivée. Le Colombien s’empare des commandes de la course mais il lui faudra défendre chèrement ses chances dans la dernière étape. Décroché par Alberto Contador et doublé sur la ligne par Dan Martin, le nouveau leader ne possède respectivement que 31 et 30 secondes d’avance sur ses dauphins.

Alaphilippe n’a pas tout perdu

Le trop long et difficile col de la Couillole a montré les limites de Julian Alaphilippe. Le jeune coureur français n’a cependant pas complètement dévissé du classement général. Montant à un rythme plus à sa convenance, il se classe 14ème de l’étape et désormais 5ème du général. Il conforte son avance sur Simon Yates au classement du meilleur jeune et s’empare du maillot vert suite à l’abandon d’Arnaud Démare.

étape 6

 

Simon Yates remporte la sixième étape de Paris-Nice devant Sergio Henao et Richie Porte. Quatrième, Julian Alaphilippe conserve le maillot Jaune LCL

Premier coup de chaud

Après les journées glaciales des premiers jours, le peloton de Paris-Nice retrouve le soleil, la chaleur et les premiers cols compliqués entre Aubagne et Fayence. Avec le col de l’Espigoulier l’étape est nerveuse dès le départ. Alberto Contador en personne n’hésite à tester ses adversaires dans l’Espigoulier puis lors du premier passage dans le col de Bourigaille. Repris à chaque fois, il se contentera ensuite de rester dans le groupe Maillot jaune LCL jusqu’à l’arrivée. L’Espagnol s’économiserait-il en vue de l’étape reine de demain ?
Après de nombreux atermoiements, une échappée de 8 coureurs se constitue. Le peloton emmené par les hommes de Sergio Henao leur laisse peu d’espoir. Derniers résistants, Alessandro De Marchi et Eduardo Sepulveda, n’auront même pas le droit de glaner les quelques points qu’il leur manque pour subtiliser la tunique à pois conquise par Axel Domont quelques kilomètres plus tôt.

 

Simon Yates anticipe le combat

Les deux passages sur le col de Bourigaille et un premier passage sur la ligne amincit considérablement le peloton. Dénivelé et chaleur font céder les sprinteurs puis les équipiers un à un. Les leaders conservent leur rang. Sorti du groupe Maillot jaune LCL dans la deuxième ascension du col de Bourigaille, le Britannique Simon Yates parvient à creuser un bel écart. Les quarante secondes d’avance au pied du mur de Fayence lui suffisent pour grimper sans faiblir et aller cueillir le bouquet de vainqueur.

 

La menace Henao

Distancé par Sergio Henao et Richie Porte dans le final, Julian Alaphilippe conserve son Maillot jaune LCL. Dixième, Tony Gallopin concède du temps mais reste en deuxième position.
Sergio Henao monte sur la troisième marche du podium. Avec seulement 46 secondes de retard, il sera une grande menace pour les deux Français sur la 7ème étape.

étape 5

 

André Greipel remporte la 5ème étape de Paris-Nice au sprint devant Arnaud Démare et Dylan Groenewegen. Julian Alaphilippe et ses dauphins conservent leurs positions au classement Maillot jaune LCL

 

Le sprint de la dernière chance

Avec un dernier profil dessiné pour un sprint à l’arrivée, la cinquième étape attise les convoitises de nombreux grands noms de la spécialité, frustrés par les victoires d’Arnaud Démarre, Sonny Colbrelli et Sam Bennett. Six coureurs tentent malgré tout de s’échapper. Rémy Di Gregorio, Axel Domont, Lilian Calmejane, Federico Zurlo et Natnael Berhane et Pierre-Luc Périchon compteront jusqu’à huit minutes d’avance sur le peloton mais ils ne constitueront jamais une menace.

André Greipel sauve sa semaine

A 12 kilomètres de la ligne, le peloton est devant et au complet. Le vent de face refroidit toute velléité offensive. Les trains s’organisent difficilement. Lancé par Dylan Groenewegen suivi par Arnaud Démare, le sprint tourne à l’avantage d’André Greipel. Le Champion d’Allemagne laisse ses adversaires s’user dans le vent avant de jaillir sur la droite pour passer la ligne avec une belle longueur d’avance. Sa victoire laisse sur leur faim John Degenkolb, Marcel Kittel, Alexander Kristoff ou encore Bryan Coquard. Place maintenant à trois étapes qui s’annoncent chaque jour déterminante pour la conquête du Maillot jaune LCL.

étape 4

 

Victoire et Maillot jaune LCL

Deuxième du général au départ de l’étape, Julian Alaphilippe n’a pas laissé passer sa chance. Non content d’endosser le Maillot jaune LCL, le jeune Français s’offre également le luxe de remporter le contre-la-montre avec 19 secondes d’avance sur Alberto Contador. Déjà meilleur temps au chrono intermédiaire après 11,4km de plat, Julian Alaphilippe ne faiblit pas et fait une véritable démonstration de ses talents de puncheur dans la montée final de 3 kilomètres à 7,7% de moyenne.


Tony Gallopin en embuscade

Comme on pouvait s’y attendre, le classement général est profondément modifié à l’issue du contre-la-montre. Sans surprise, Arnaud Démare n’a pas pu défendre son Maillot jaune LCL dans un exercice chronométré qui n’est pas sa spécialité. Il rétrograde à la dixième place du général. Troisième à moins d’une seconde d’Alberto Contador, Tony Gallopin accède à la deuxième du général. Il reste un candidat sérieux pour la victoire finale avec 33 secondes de retard sur le leader.


Un Maillot jaune LCL sous pression

Dans le même temps que Gallopin à l’arrivée, Gorka Izaggire se place, sans faire de bruit, à la 3ème place à 47’’ du Maillot jaune LCL. Le nouveau leader de la course devra également se méfier de Sergio Henao, 4ème à 1’05 ou d’Ilnur Zakain à 1’28’’. Et ne parlons pas du toujours très offensif Alberto Contador, 8ème à seulement 1’31’’ ! Julian Alaphilippe pourra compter sur le soutien de Dan Martin et Philippe Gilbert. Respectivement 5ème et 6ème, les équipiers du nouveau Maillot jaune LCL vont avoir du pain sur la planche pour les 4 jours à venir…

étape 3

 

Du répit pour les braves


Après deux journées très éprouvantes durant lesquelles il aura fallu dominer les éléments plus que ses adversaires pour remporter une victoire, le peloton de Paris-Nice s’offre un peu de répit.
Epargnée par la pluie et avec un vent favorable, la troisième étape retrouve une configuration de course plus habituelle. Partagés entre le besoin de souffler un peu et celui de défendre les chances d’une arrivée au sprint, les candidats pour l’échappée sont peu nombreux.

Les sprinteurs ont soif

Ils sont trois. Ben King, Pierre Latour et Romain Combaud compteront jusqu’à huit minutes d’avance sur le peloton. Mais l’équipe du Maillot jaune LCL contrôle l’écart. Le trio devient duo après la côte de Charrecey, principale difficulté du jour à 25km de l’arrivée. Pierre Latour et Romain Combaud résistent au retour du peloton avec pugnacité. Mais tous les sprinteurs ont passé la bosse avec le peloton et sont bien décidés à s’offrir une vraie explication.


Encore un outsider à l’arrivée

Les deux Français rendent les armes à 1,5km de l’arrivée. Arnaud Démare et son équipe se retrouvent enfermés dans un final un peu tortueux. Il conserve son Maillot jaune LCL sans avoir pu se hisser en première ligne. Comme la veille, un outsider gagne devant les favoris.  En dominant Alexander Kristoff, John Degenkolb et Marcel Kittel, Sam Bennett s’offre une belle brochette de sprinteurs et avec une victoire de prestige.

étape 2

 

La bonne initiative

Encore peu connu du public, Sonny Colbrelli se fait un nom au milieu des cadors du sprint en s’imposant sur la 2ème étape de Paris-Nice. Le jeune italien prend l’initiative à 500 mètres de la ligne et se paie le luxe de résister au retour de John Degenkolb et d’Arnaud Démare. D’autres grands noms du sprint, pourtant présents en tête, n’ont tout simplement pas trouvé les ressources pour participer au combat final à l’issue de cette nouvelle journée très éprouvante.

 

Un sprint un peu plus ordinaire

Malgré des conditions météorologiques encore très difficiles avec la pluie le vent et le froid, c’est un groupe un peu plus fourni que la veille qui se dispute la victoire dans les rues d’Amilly. Après un dernier baroud d’honneur de Philippe Gilbert, rescapé d’une échappée de 6 coureurs, pas loin de 80 coureurs sont parvenus à résister aux assauts du vent pour former le peloton de tête.


Richie Porte s’enfonce, Bouhanni s’en va.

Certains coureurs piégés comme Alberto Contador, encore lui, sont parvenus cette fois à revenir à l’avant. D’autres comme Richie Porte, toujours lui, sont condamnés à subir une nouvelle journée de galère loin derrière. L’Australien ne reverra pas la tête de course et perd quasiment toute chance de monter sur le podium à Nice avec un retard de plus d’un quart d’heure au classement général.
Une nouvelle fois impuissant face aux éléments, Nacer Bouhanni se résigne également et préfère abandonner à 30 kilomètres de l’arrivée.

étape 1

 

Dimanche 5 mars - 148,5 km - Bois d'Arcy

 

L’offensive parfaite

A l’issue d’une étape rendue folle par la pluie et le vent, Arnaud Démare remporte la victoire dans un sprint à deux avec Julian Alaphilippe. Avec beaucoup de maîtrise, le sprinteur français est parvenu à suivre l’attaque de son compatriote pour le dominer logiquement sur la ligne d’arrivée. Les deux Français et leurs équipes ont pris les commandes de la course une grande partie de la journée. C’est dans le final, alors que la plupart des sprinteurs avaient déjà cédé, qu’ils font faux bond à un groupe d’une vingtaine de coureurs. Surpris par l’offensive du duo, Alexandre Kristoff doit se contenter de la troisième place.

Richie Porte et Alberto Contador piégés

En plus des nombreux sprinteurs évincés pour l’explication du jour, plusieurs favoris ont vu également leurs prétentions sérieusement érodées par le vent. C’est le cas notamment de Richie Porte et Alberto Contador qui accusent déjà un retard respectif de 57’’ et 1’14’’ à l’arrivée. Comme bien d’autres, les deux doubles vainqueurs de l’épreuve se sont fait piéger par un groupe de 25 coureurs qui ira jusqu’au bout après avoir repris 4 échappés. Quelques pointures comme Sergio Henao (9ème), Tony Gallopin (5ème), Dan Martin (7ème) et, bien entendu, son coéquipier Julian Alaphilippe (2ème) ont pris le bon wagon et sont en position idéale pour jouer le général.


Bardet hors-jeu

Romain Bardet est le grand perdant du jour. Victime d’une chute dans le groupe des piégés, le deuxième du dernier Tour de France est disqualifié par le jury des commissaires à l’arrivée pour s’être accroché à sa voiture d’assistance. Paris-Nice 2017 est déjà terminé pour lui.

twitter Maillot jaune LCL
lcl Assurance Emprunteur Immo LCL