Demandez plus à votre banque

Bourse :
définition et valeur
d'une action ?

Une action représente une part du capital de la société émettrice. A ce titre, elle confère des droits. La valeur des actions varie en fonction de nombreux facteurs. Comment apprécier la rentabilité des actions ? Est-ce risqué d'investir en bourse ?

Publié le 05/01/2017

Qu'est-ce qu'une action ?

 

Une action est une part du capital social de la société qui l’a émise.

 

Droits d'un actionnaire

 

En étant actionnaire, l’épargnant devient « co-propriétaire » de la société, quel que soit le nombre d’actions qu’il détient. Cela lui confère les droits suivants :

  • Le droit au dividende : l’actionnaire a vocation à recevoir une rémunération pour son investissement. Le dividende est la part de bénéfices réalisés par la société distribuée à ses actionnaires à hauteur de leurs quotes-parts respectives dans le capital ;
  • le droit de vote : tout actionnaire qui détient au moins une action peut (sauf cas exceptionnels) assister aux assemblées générales de la société et s’exprimer sur la politique menée par les dirigeants de l’entreprise ;
  • le droit à l’information : toute société cotée doit donner certaines informations à ses actionnaires (sur sa situation financière, sa stratégie, etc.).

 

hl-editor-bonasavoir-v2

Détenteurs d'actions en France

En 2015, 3,3 millions de Français détenaient des actions en direct contre 6,6 millions en 2009 (source : www.amf-france.org, 27 novembre 2015).

Action au porteur ou action au nominatif ?

 

L’actionnaire d’une société cotée a le choix entre deux formes de détention d’actions : les actions « au porteur » et les actions au « nominatif ».

  • Actions au porteur : les actions au porteur sont enregistrées sur un compte titres tenu par l’intermédiaire financier choisi par l’actionnaire. La détention d’actions au porteur est généralement privilégiée dans une optique d’investissement à moyen terme. L’actionnaire n’est pas connu de la société émettrice. De ce fait, elle ne peut pas lui envoyer directement d’informations relatives à la tenue des assemblées générales d’actionnaire ;

  • Actions au nominatif : les nom et adresse de l’actionnaire figurent dans les livres de la société émettrice. Cette forme de détention d’actions est généralement privilégiée dans une optique d’investissement à long terme. L’actionnaire reçoit directement de la société l’information qu’elle produit pour ses actionnaires (avis de convocation aux assemblées générales, documents d’information, etc.). De plus, certaines sociétés cotées doublent les droits de vote des titres détenus sous la forme nominative depuis plus de 2 ans sans interruption.

On parle de « nominatif pur » lorsque les actions sont inscrites uniquement dans les comptes de la société et sont détenues par son établissement financier. On parle de « nominatif administré » lorsque les actions sont inscrites dans le compte titres tenu par la société comme pour le « nominatif pur » ; elles figurent également sur un compte reflet tenu par un teneur de compte conservateur désigné par l’actionnaire.

 

A savoir :

En 2015, 3,3 millions de Français détenaient des actions en direct contre 6,6 millions en 2009 (source : www.amf-france.org, 27 novembre 2015).

 

Valeur des actions : comment est-elle fixée ?

 

La cotation en bourse des actions qui composent le capital social d’une société cotée évolue en fonction des achats et des ventes des investisseurs par le jeu de l’offre et de la demande.

En théorie, une action se valorise en bourse à mesure que la société (ou le groupe qu’elle représente) se développe et à mesure que les bénéfices de la société augmentent. Les investisseurs anticipent alors des bénéfices futurs plus élevés, des distributions de dividendes d’actions et décident d’acheter des actions. La demande devenant supérieure à l’offre, le cours de bourse augmente.

Inversement, quand les résultats escomptés ne sont pas au rendez-vous, les vendeurs peuvent être plus nombreux que les acheteurs et la société voit son cours baiser.

Dans la pratique, les fluctuations du cours de bourse d’une société sont parfois difficiles à comprendre et à anticiper. En effet, un certain nombre de facteurs externes à la société influencent l’évolution du cours de ses actions :

  • la conjoncture économique nationale et internationale,
  • la qualité des résultats d’un concurrent,
  • le niveau des taux d’intérêt,
  • les événements géopolitiques, etc.

hl-editor-bonasavoir-v2

les bénéfices du CAC 40

Les bénéfices des sociétés du CAC 40 ont augmenté de 20 % en 2015. (source : Les Échos, 14 janvier 2016).

Rentabilité des actions

 

La rentabilité d’un placement en actions dépend :

  • de l’évolution de sa valeur en bourse (potentiel de gain/perte en capital)
  • et du montant des dividendes versés pendant la durée de l’investissement.

 

BNPA et PER : définitions

 

Deux indicateurs financiers permettent de se faire une idée sur la santé financière d’une société cotée :

  • le bénéfice net par action (BNPA) : il s’agit du rapport entre le bénéfice net et le nombre d’actions en circulation (bénéfice net/nombre d’actions) ;
  • le PER (Price Earning Ratio) : cet indicateur identifie le rapport entre le cours de l’action et le bénéfice net par action (cours/BNPA). Il mesure le nombre de fois où les bénéfices passés ou futurs sont capitalisés dans le cours de bourse de la société. Un PER élevé traduit les anticipations positives du marché sur les bénéfices futurs tandis qu’un PER faible témoigne du désintérêt du marché pour la valeur.

 

EXEMPLE

Pour une société dont le bénéfice net prévisionnel est de 220 millions d’euros et dont le nombre moyen d’actions en circulation est de 10 millions, le BNPA sera de 22 € par action. Pour un cours de bourse de 220 €, le PER sera de 10. Cela signifie que le cours de l’action représente 10 fois les bénéfices attendus.

Pour en savoir plus sur la valorisation des actions, voir également nos articles sur les dividendes d’actions et les cotations en bourse.

 

Investir en bourse, est-ce risqué ?

 

Par nature, détenir des actions est un placement risqué. L’actionnaire mise sur le potentiel de gain en capital lié à l’évolution du cours de bourse et à la perspective de réaliser une plus-value au moment de la revente des actions. Mais il peut aussi perdre tout ou partie de son investissement :

  • l’actionnaire n’est pas sûr de récupérer sa mise de départ : s’il revend ses actions à perte, il fait une moins-value et perd une partie de sa mise initiale. Par exemple, un actionnaire qui achète une action X au cours de 10 euros pour la revendre 2 ans plus tard au cours de 7 euros, réalise une perte de 3 euros ;

  • si la société fait faillite, l’actionnaire peut perdre la totalité de son investissement.

Mais, même dans le pire des cas, l’actionnaire ne peut pas perdre plus que le montant qu’il a initialement investi.

 

hl-editor-lemotduconseiller-v2

comment détenir des actions ?

Pour détenir et gérer en direct des actionsl'ouverture d'un compte titres est nécessaire.

Vous pouvez également confier à un professionnel le choix des actions et la gestion du portefeuille en souscrivant des fonds d'investissement communs, c’est-à-dire des parts d'OPC (organisme de placement collectif) : SICAV (société d'investissement à capital variable)  ou FCP (fonds commun de placement). C’est la gestion collective.

lcl Assurance Emprunteur Immo LCL